Gestion des informations: sauvegarder le patrimoine humain

Depuis l'automne 1998, des filières spécifiques ont été mises en place pour la formation d'archiviste, bibliothécaire et documentaire. Elles fonctionnent sur le mode de l'apprentissage ou dans le cadre des hautes écoles spécialisés.

L'essor de l'informatique et des nouvelles technologies a eu comme conséquence une explosion de l'écrit sous toutes ses formes. L'ancien métier d'archiviste a évolué et s'est ouvert à de nouveaux défis engendrés par cette prolifération. On parle désormais de gestion de l'information documentaire. Avec, à la clé, des filières de formation accessibles par le biais de l'apprentissage ou des hautes écoles spécialisées (HES).

 

Dépoussiérer l'image de l'archiviste

L'ancienne image de l'archiviste plongé dans ses grimoires a définitivement vécu. Aujourd'hui, ce travail s'effectue dans une large mesure en utilisant l'informatique et le réseau Internet. La maîtrise des plus récentes technologies de l'information est donc incontournable. Il faut savoir jongler avec les ordinateurs pour accéder aux informations, toutes puissantes dans notre société contemporaine. Il ne s'agit pourtant que d'instruments de travail usuels pour exercer ce métier et non d'une fin en elle-même. Toutes les connaissances habituelles de l'archiviste ou du bibliothécaire conservent donc leur rôle au sein de cette formation.

Cette dernière ouvre néanmoins des portes dans de nombreux autres domaines, précisément grâce à la maîtrise de ces nouvelles technologies. A commencer par les entreprises, submergées par les flots d'informations qu'elles reçoivent et produisent quotidiennement dans leurs services.



Préserver les connaissances humaines

Le stockage sous une forme facilement consultable, le contrôle d'accès ainsi que la gestion des médias sur lesquels on doit pouvoir retrouver aisément les données utiles sont devenus essentiels depuis que celles-ci n'existent souvent que sous une forme virtuelle. Il s'agit aussi d'assurer la pérennité des supports sur lesquels elles sont conservées ainsi que de leur mise en sécurité dans des locaux protégés pour éviter que les informations disparaissent ou soient détériorées volontairement ou non. Ce savoir-faire ne saurait pourtant masquer les compétences propres à l'archiviste ou au bibliothécaire. Des connaissances générales approfondies en histoire ainsi qu'une bonne culture littéraire et scientifique sont indissociables de ce métier, ce qui en fait tout son charme.

L'apprentissage d'assistant en information documentaire s'étend sur trois ans, à raison d'un jour de cours par semaine en première et troisième année et de deux jours par semaine en deuxième année. C'est par cette voie que l'on se prépare le plus facilement à cette activité. Les archives ainsi que les bibliothèques cantonales - et parfois communales dans les grandes villes - offriront ainsi aux jeunes la possibilité d'appréhender les arcanes de la profession.

 

Allier la théorie à la pratique

Les premiers rudiments de la formation permettront, à terme, à l'assistante ou l'assistant d'assumer les tâches courantes d'une bibliothèque scolaire ou d'une entreprise, notamment dans les domaines de l'information documentaire, de l'acquisition des documents, de leur classement, de leur conservation, de leur communication, des services aux usagers et des travaux administratifs.

Les examens de fin d'apprentissage portent sur des travaux pratiques (acquis de l'enseignement en entreprise), des connaissances professionnelles (acquises de l'enseignement professionnel à l'école) ainsi que sur la culture générale. La moyenne des notes obtenues durant les trois ans de cours professionnels dans les branches sujettes à l'examen intervient également dans l'appréciation générale du travail lors de l'examen final. Les cours professionnels sont dispensés à Genève dans le cadre de l'Ecole supérieure de commerce et à Lausanne, dans celui de l'Ecole professionnelle commerciale. Le CFC d'assistant en information documentaire peut être complété par celui de gestionnaire en information documentaire dispensé dans le cadre de la Haute école de gestion (HEG) de Genève. Les possibilités de perfectionnement et de formation supérieure sont ouvertes jusqu'au niveau académique à tous ceux qui ont l'ambition et les capacités de suivre les cours idoines.



Formation bilingue à Genève

La HEG de Genève est la seule école de Suisse romande à former des spécialistes en information documentaire, l'autre école du pays se situant à Coire. La HEG forme une cinquantaine d'étudiants par année, une filière bilingue en information documentaire comprenant en outre un tiers de cours donnés en allemand.
Les études y sont dispensées à plein temps et s'étalent sur une durée de trois ans. Les conditions d'admission prévoient que les candidats bénéficient d'une maturité. Un CFC de commerce ou d'assistant en information documentaire peut aussi convenir sous certaines conditions, et après que le dossier du candidat ait été étudié préalablement par la direction. Depuis 2005, les élèves qui réussissent leurs études de spécialiste en information documentaire au sein de la HEG obtiennent un diplôme de bachelor.

 

Plan de formation d'assistant en informatique documentaire

 

Nb de périodes

  • Connaissance de l'information et des médias

80

  • Gestion de l'information

280

  • Culture littéraire et scientifique

80

  • Technique de travail et de communication

160

  • Allemand

120

  • Anglais

120

  • Culture générale: langue et communication

160

  • Culture générale: société

200

Total

1200

 


 

Additional information