Des ordinateurs sensibles aux émotions

Les difficultés rencontrées dans l'utilisation d'un programme informatique ou d'un ordinateur peuvent rendre les usagers parfois furieux et agressifs. Des études en cours visent à réduire les émotions des personnes assises devant l'écran pour atténuer leur stress et éviter qu'elles ne s'en prennent aux appareils ou même à leurs collègues.

Par Pierre-Henri Badel

Plusieurs études récentes réalisées auprès d'utilisateurs d'ordinateurs ont démontré que ceux-ci les apprécient, mais sont aussi capables de les maltraiter. Les spécialistes ont ainsi découvert que les agressions dont sont victimes ces appareils sont causées par les frustrations de leurs usagers, un phénomène non négligeable qui peut engendrer de sérieux dommages aux machines. Il ne s'avère donc pas inutile que les ordinateurs puissent pressentir ces émotions et réagir en conséquence.

 

Interaction entre L'homme et La machine

Les recherches concernant l'interaction entre l'être humain et la machine prennent toute leur importance lorsqu'il s'agit de développer des logiciels et des équipements informatiques. Cela fait déjà longtemps que les concepteurs de voitures ont pris conscience que les conducteurs se sentaient mieux et faisaient moins d'erreurs quand ils sont assis confortablement et qu'ils disposent des organes de commande là où ils s'attendent de les trouver. Ils sont plus détendus lorsqu'ils parviennent à destination et envisagent leur prochain voyage avec moins d'appréhension. Pourquoi en serait-il autrement avec les utilisateurs d'ordinateurs?

 

Sur la piste des émotions humaines

Les chercheurs en infographie de l'Institut Fraunhofer ont d'abord voulu savoir comment un ordinateur pouvait déceler l'état d'esprit dans lequel se trouve un utilisateur en train de travailler devant son écran. Ils ont découvert que la posture, la mobilité des doigts sur le clavier et les rides apparaissant sur son front étaient des signes manifestes de ses émotions. En les observant au moyen d'une caméra, il est ensuite possible de les ordonner en conséquence.

La fréquence cardiaque et respiratoire, la pression sanguine, la température et la résistance de la peau sont par contre des facteurs très subtiles. Les chercheurs de l'institut allemand ont donc développé un gant doté de capteurs destinés à mesurer chacun de ces paramètres. Un appareil idoine exploite les signaux issus de ce gant et les enregistre. Ils travaillent aussi avec des techniques capables de reconnaître les mimiques des usagers ou à partir de signes émotionnels révélés par la voix.

L'exploitation de ces données est pourtant encore complexe, tout d'abord parce que les émotions sont ambiguës, fugitives et difficiles à décrire. Cela ne fonctionne que lorsque l'utilisateur s'entraîne par avance à les communiquer à l'ordinateur.

Additional information