Facebook ne rend pas forcément plus heureux

Avons-nous besoin de réseaux sociaux comme Facebook pour être satisfaits de sa vie? Selon une étude de l'Institut de psychologie de l'Université de Zurich, la personnalité est une qualité déterminante.

 

Sur les 300 millions de personnes qui sont actuellement inscrits sur Facebook, 30 millions d'entre elles déposent chaque jour des messages personnels sur ce réseau social, alors que d'autres y font des rencontres réelle ou virtuelle débouchant sur des amitiés. Dans le cadre de son travail de licence, Anett Cepela a examiné conjointement avec Bertolt Meyer, maître assistant à l'Institut de psychologie de l'Université de Zurich, la manière dont les gens utilisent Facebook et ce qui les anime à le faire. Ils ont cherché à savoir si le niveau de satisfaction des utilisateurs de Facebook est plus élevé que celui des non-utilisateurs?

Une étude réalisée par des chercheurs américains de la Michigan State University en 2007, indique que les utilisateurs des réseaux en ligne sont plus satisfaits et plus heureux que les non-utilisateurs, car ils sont socialement engagés.

 

Les non utilisateurs ont un plus haut niveau de satisfaction

L'étude de Bertolt Meyer et d'Anett Cepela donne d'autres résultats: la personnalité constitue l'élément clé dans la manière de percevoir Facebook comme un enrichissement ou non. Les personnes qui sont surtout extraverties utilisent souvent Facebook parce qu'elles sont attirées par les échanges qui peuvent s'établir par le biais de ce réseau. La satisfaction moyenne en la vie entre les utilisateurs et les non-utilisateurs diffère légèrement en du tout de profil dans Facebook semble plus satisfaits que ceux qui en ont un. En outre, ils ont un niveau légèrement plus élevé de santé mentale et sont plus consciencieux que les utilisateurs de Facebook.

 

Une centaine d'amis sur le net

Parmi ceux qui ont répondu à cette enquête, plus de la moitié (335) étaient encore active sur d'autres réseaux Internet à caractère social. Il s'avère que les personnes extraverties sont plus surfent plus fréquemment sur Facebook et sont très heureuses de leur choix. On constate donc que la satisfaction ne tient pas à Facebook, mais au fait qu'il s'agisse de personnalités extraverties. Si Facebook n'existait pas, les personnes extraverties auraient trouvé d'autres moyens d'échange. Facebook ne rend pas heureux à lui tout seul, mais ce sont des personnes extraverties qui l'utilisent.

 

Les utilisateurs de Facebook rencontrent moins de succès sur le plan professionnel

Les résultats de l'étude suggère maintenant que les non-utilisateurs de Facebook sont plus consciencieux. On pourrait donc en déduire que ceux-ci réussissent mieux sur le plan professionnel. Ils sont également plus âgés qu'eux, ce qui pourrait s'avérer déterminant dans ces résultats.

 


Les détails de l'étude

Au total, un millier de personnes ont participé à cette enquête, dont 681 ont rempli le questionnaire en ligne dans son intégralité. L'âge des personnes qui ont répondu varie entre 13 à 89 ans. Les utilisateurs de réseaux sociaux ont été en moyenne de 26 ans et ont dit qu'ils ont une moyenne de 187 amis sur leur réseau social le plus utilisé.

Additional information