Trouver un job sur Internet

En Suisse, plus de 70% des employés utilisent la Toile mondiale quand ils s’enquièrent d’un emploi. Notre pays se retrouve ainsi en cinquième position parmi les pays européens où l’on fait le plus appel à Internet dans une telle situation.
Jusqu’ici, quand quelqu’un était en quête d’emploi, il recourait surtout aux méthodes traditionnelles telles que la lecture des annonces dans la presse ou faisaient appel aux agences de placement. En quelques années, les choses ont fondamentalement changé et aujourd’hui, les recherches via Internet gagnent chaque jour un peu plus en popularité. Selon une enquête réalisée par l’agence de placement Kelly Services, plus des trois quarts des Suissesses et Suisses de toutes les catégories d’âge ont recours à Internet quand ils sont à la recherche d’un emploi. Cela place ainsi notre pays en cinquième position du palmarès européen. La moyenne s’y établit à 68%.
Sur les 1372 Suissesses et Suisses à avoir participé à cette enquête menée dans 12 pays européens auprès de 19 000 personnes, 77% d’entre eux ont recours à Internet. La deuxième position est détenue par les agences de placement avec 59%, 54% consultant les annonces dans la presse. Enfin, un tiers des personnes interrogées postulent directement auprès de l’employeur concerné et 20% se voient proposer un emploi par le biais de leurs amis ou leur famille.

Instrument privilégié de la recherche d’emploi
Selon cette enquête qui a été menée dans toute l’Europe avec comme objectif d’identifier les instruments privilégiés pour la recherche d’emploi, les plus friands d’Internet pour leur recherche d’emploi sont les Danois avec 93%, suivis par les Belges et les Néerlandais (90% et 89%) puis les Allemands avec 84%. Les Italiens sont les moins concernés avec 47%.
Ceux qui, en Suisse, sont les plus enthousiastes à utiliser Internet pour la recherche de travail sont les personnes actives dans l’informatique (91%), la recherche avec 89% et les ressources humaines avec 84%. Les femmes et les hommes utilisent Internet au même titre. Cependant, lors de la recherche d’emploi au travers des méthodes traditionnelles, il existe des différences considérables. Alors qu’un cinquième des hommes profite de leur réseau personnel pour la recherche d’un emploi, les femmes privilégient les annonces de presse (59%) et les agences de placement (60%).
Aujourd’hui, certaines entreprises préfèrent nettement recevoir les dossiers par courriel car cela permet de les répercuter plus facilement et rapidement aux personnes concernées en réduisant la bureaucratie.
La plupart des personnes qui envoient un dossier de candidature en vue de décrocher un emploi chez Swisscom IT Services le font par courriel. D’ici peu, Swisscom précisera d’ailleurs dans ses offres d’emploi qu’elle désire recevoir les dossiers par messagerie électronique. Pour l’instant, Christian Wohlwend, qui travaille au service du personnel, craint que cette méthode rebute encore certains candidats bien qu’il admette qu’elle simplifie effectivement les procédures internes. Actuellement, tous les dossiers de candidature sont scannés et transférés sur un site partagé auquel seules les personnes impliquées dans la sélection ont accès, ce qui résout les problèmes liés à la protection des données.

Les formulaires en ligne sont appréciés
Comme c’est le cas dans de nombreuses grandes entreprises, chez Swisscom, on peut remplir un questionnaire standard précisant ses données personnelles et ses préférences afin d’obtenir régulièrement des informations par courriel sur les nouveaux postes à repourvoir.
Une étude réalisée en commun par l’Institut d’informatique de gestion de l’Université de Francfort et le portail Monster révèle que 43% des grandes entreprises admettent préférer que les candidats postulent par Internet et que 51% des personnes qui postulent utilisent un formulaire publié en ligne sur Internet. Les entreprises préconisent dans une large mesure l’utilisation de formulaires de candidature très bien structurés en ce qui concerne leur contenu et la pertinence des informations qu’ils sollicitent.

L’importance de soigner les contacts personnels
Le responsable du personnel de la banque Migros est par contre d’avis que l’automatisation des procédures de recrutement comporte le défaut qu’une bonne partie des informations sur les candidats sont perdues par l’utilisation des questionnaires standard proposés sur Internet. Une personne indiquera ainsi les informations qui lui semblent importantes, ses connaissances techniques par exemple, alors que, pour le poste à repourvoir, les spécialistes du recrutement auraient préféré opérer leur choix sur les compétences sociales. En outre, il arrive parfois à ces derniers de ne pas pouvoir ouvrir des documents réalisés dans des formats spécifiques, réduisant du coup à néant toutes les chances du candidat. Toutes ces questions purement techniques justifient qu’à la banque Migros, les candidatures classiques conservent encore toute leur actualité.
Quand il s’agit de rechercher des profils extrêmement pointus, les candidatures en ligne présentent également de nombreux handicaps. Il faut dire qu’une lettre envoyée par la poste comporte toute une panoplie d’indices que l’on ne retrouve pas de manière aussi visible quand on utilise Internet. Cela commence par la façon d’écrire l’adresse, le choix du papier à lettres, l’enveloppe utilisée, etc. Impossible dès lors de donner des règles générales. Pour les professions ou les entreprises très engagées dans les technologies de pointe, l’e-mail est donc parfaitement admis et même un avantage, alors que si l’on cherche un emploi dans une société active dans des secteurs où les contacts humains sont extrêmement importants ou pour des postes de haut niveau, la bonne vieille méthode de postuler reste encore préférable.

Additional information