Données confidentielles sur les terminaux mobiles

Réalisée auprès de cadres dirigeants et chefs d'entreprise européens, une étude révèle des résultats inquiétants sur la sécurité: plus d'un interrogé sur cinq reconnaît avoir perdu son outil de communication contenant des informations clés sur sa société.

Selon une enquête européenne indépendante réalisée par le bureau d'étude Dynamic Markets*, les terminaux mobiles représentent un risque majeur pour la sécurité des entreprises européennes. Cette étude démontre que le stockage d'importantes informations professionnelles et/ou personnelles sur des terminaux non sécurisés n'est pas sans risque.

Une menace amenée à prendre encore de l'ampleur quand on sait que ces outils de communication sont de plus en plus sollicités pour consulter et sauvegarder des données importantes voire confidentielles. L'étude révèle également que les dirigeants utilisant leur PDA ou smartphone professionnel chez eux, en attendent autant de leurs collaborateurs. Un comportement qui mène à un conflit entre vie privée et vie professionnelle.

 

Une sécurité menacée

L'enquête montre que plus de 90% des chefs d'entreprises ou cadres dirigeants stockent des informations et des documents confidentiels sur leurs terminaux mobiles. Mais 22% des audités reconnaissent avoir déjà perdu leur terminal, dont 1 sur cinq en ayant même égaré plusieurs. Etant donné le caractère stratégique de ces informations stockées - coordonnées d'un client, plans d'action, contrats, etc. - il n'est pas surprenant qu'un professionnel sur deux se dise aujourd'hui concerné par la sécurisation de son outil de communication.
Les lieux ou les interrogés admettent le plus couramment perdre leurs PDA ou smartphones sont le taxi ou le lieu de travail. Malgré les risques, 45% des cadres dirigeants laissent d'autres personnes utiliser leur outil de communication, et un sur huit autorise ses enfants à jouer avec.

 

Equilibre de la vie professionnelle

L'étude s'est également penchée sur la tendance d'« infiltration » du travail dans la vie privée. Les chefs d'entreprise et dirigeants attendent en effet de leurs employés qu'ils soient disponibles et performants 24 heures sur 24. Plus de la moitié des interrogés ont déjà envoyé emails ou SMS à leurs salariés quelle que soit l'heure, en exigeant une réponse rapide. Malgré leur exigence de réactivité, 60% d'entre eux estiment qu'envoyer des messages professionnels en dehors du bureau reste déplacé vis-à-vis de la personne qui les accompagne. 40% d'entre eux admettent avoir déjà envoyé emails et - ou - SMS à leurs employés au volant de leur voiture - une entorse flagrante aux règles de conduite.

Alors que l'envoi d'email professionnels dans le cadre privé est moins populaire, celui de SMS s'avère plus courant: 23% des personnes interrogés pensent qu'il est préférable, vis-à-vis de leur entourage, de communiquer par SMS plutôt que par mails.

 


* Ce rapport a été réalisé sous mandat de Toshiba Information Systems (UK) Limited et les conclusions dressées par un enquête quantitative auprès de dirigeants du Royaume Uni, d'Allemagne, d'Espagne, de France et d'Italie. 502 interviews ont été réalisées à partir d'une base de données de dirigeants au revenu élevé (plus de £50,000/an - 74K€/an), équipés de terminaux mobiles et se déplaçant beaucoup. Environ 1 interrogé sur 2 était équipé d'un smartphone ou d'un outil similaire.

Cette base de données de personnes a été compilée par DBS Data et se compose de chefs d'entreprise travaillant dans plusieurs entreprises, dont une d'entre elle a réalisé des profits importants ou est située sur un marché à forte croissance.

Additional information