Trop peu de jeunes optent dans l'informatique

Une récente étude réalisée en Suisse de l’association Formation professionnelle ICT démontre que le nombre de personnes actives dans le secteur des technologies de l’information et des télécommunications n'a augmenté que de 3,5% par rapport à 2009.

Cette association estime que les besoins de recrutement à 72'500 personnes dans l’informatique d’ici 2020. Le trop faible nombre de candidats intéressés à une formation professionnelle dans ce domaine devrait déboucher sur une pénurie de main-d’œuvre estimé à 25 000 individus d’ici 2020. Avec plus de 27,3 milliards de francs suisse de chiffre d’affaires, le secteur de l’informatique et des télécommunications représente une importance du même ordre de grandeur que le secteur de la construction (28,3 milliards de francs).

Des secteurs tels que ceux de l’industrie chimique (21,3 milliards de francs) et de la construction de machines (11,7 milliards de francs) sont nettement moins importants. Le 4% des actifs qui travaillent dans le secteur de l’informatique et des télécommunications génèrent 5,2% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse. Au cours des vingt dernières années, le nombre de personnes actives dans ce domaine a progressé trois fois plus vite que ce n’est le cas sur l’ensemble de l’économie.

Parmi les 177'000 personnes actives dans le secteur de l’informatique et les télécommunications, pas moins de 61% d’entre eux travaillent comme développeurs ou analystes dans le secteur du logiciel. Les besoins en main-d’œuvre sont très importants dans ces métiers. Les perspectives d’emploi y sont donc très prometteuses, également pour les femmes, qui sont encore trop peu représentées dans ce secteur.

Additional information