Respecter les règles de bienséance du courriel

L'utilisation de la messagerie électronique exige un minimum de bienséance. Il s'agit notamment d'éviter de solliciter inutilement ses interlocuteurs. Consultez la marche à suivre.

Récemment encore, un journaliste alémanique fustigeait le comportement quelque peu irresponsable de Postfinance. Leurs spécialistes du marketing avaient envoyé un message à leurs clients en omettant de mettre leur adresse e-mail dans le ligne cci (copie carbone invisible, ou bcc, pour blind copy carbon, en anglais).
Ils avait tout bonnement opté pour la ligne cc (copie carbone). Avec comme résultat que tous les destinataires de cette missive pouvaient puiser dans ce réservoir d'adresses pour les exploiter ensuite dans leurs propres campagnes de promotion. Une initiative fort malvenue de la part d'une régie dont l'un des services se targue d'être expert du marketing et du publipostage.

Des règles bien précises
En dehors de cette exigence consistant à toujours cacher systématiquement les destinataires dès l'instant où l'on envoie des messages à des personnes ne faisant pas partie d'un cercle assez fermé (amis, famille, membres d'un conseil d'administration, d'une équipe de contemporains ou d'un club fermé), il faut aussi tenir compte des mesures de précaution élémentaires prises par les internautes pour se protéger de l'avalanche de messages électroniques non sollicités ("spamms"). Des logiciels ou paramétrages permettent non seulement de supprimer automatiquement les messages de certains expéditeurs ou les missives contenant des mots considédés comme du spamm, mais aussi d'éliminer ceux provenant d'expéditeurs inconnus ou n'ayant pas mentionné d'indication dans la ligne "objet".

Respecter certaines formes
Certains, au sein de la communauté Internet, se permettent toutes les libertés dans la manière d'écrire un e-mail. Si, généralement, les fautes d'orthographes sont plus facilement tolérées que dans du courrier classique, certaines règles élémentaires de politesse restent malgré tout de rigueur. On ne tutoiera pas systématiqument tout le monde.
Pour envoyer un mail à son supérieur hiérarchique, on y mettra un minimum de formes, sauf si lui-même a opté pour un ton très décontracté et familier quand il s'adresse à vous (tutoiement, écriture systématiquement en minuscule même là où des majuscules s'imposeraient, large usage des abréviations, grande liberté quant à la grammaire et l'orthographe, etc.). Dans ce cas, répondez-lui sur le même ton, en restant néanmoins un peu plus formel que lui et en attendant de voir (ou de lire) sa réaction. En général, elle sera positive.

Pour en savoir plus: www.uzine.net/article1802.html

Additional information